L’accouchement ne sera jamais une marchandise !

La vie est un grand paradoxe. Hier soir, dans le 12e arrondissement, les Bluets étaient en fête. Une maternité en liesse dans la France de Sarkozy, on croit rêver ! Dans la France de ce sombre individu, les femmes se terrent pour enfanter. Dans le pays des banquiers et des actionnaires du CAC 40, la voix du service public est forcément atone. Dans le monde de la rentabilité froide des marchés triomphants, le cri de l’humanité aspirant au bien-être ne peut que se perdre dans le néant, dira-ton… Mais l’humanité est complexe, précisément. Bien plus que ne le pensent les fidèles zélateurs de la RGPP et de la loi Bachelot.  Elle ne se résout pas à se mouler docilement dans les cases conçues pour ce faire par d’obscurs bureaucrates qui ont l’orgueil et l’illusion de vouloir régir nos destinées. En vérité, le monde de la périnatalité était en fête hier à Paris, parce qu’il est fondamentalement en colère.

Lire la suite

« Les nouveaux chiens de garde » : un film à aller voir d’urgence !


La séquence qui inaugure le film est une petite pépite qui nous transporte d’abord en 1963. Alain Peyrefitte, ministre de l’information du Général, s’invite au JT de l’ORTF et y répond aux questions qu’il a préalablement rédigées à l’intention du présentateur qui fait semblant de l’interviewer. Hiératique, le regard fixé sur la caméra, le ministre annonce sans rire -car il n’a rien d’un comique troupier- que le journal de 20 h est en passe d’être relooké par le pouvoir et qu’il permettra enfin aux citoyens… d’accéder à une information objective délivrée par des journalistes indépendants ! Mais ce n’est pas tout. 
Ce morceau d’anthologie du PAF est immédiatement mis en relation avec un débat télévisé des années 1990 lors duquel Anne Sinclair, journaliste vedette, marié à un homme politique de premier plan, déclare, hilare après avoir visionné cette pièce d’archive, que le temps où l’information était indissolublement liée au pouvoir politique et économique était définitivement révolu. Visiblement, l’« indépendante » compagne de DSK, entourée de ses semblables et se gaussant du « soviétisme » que manifestait Peyrefitte, ne perçoit pas que sa déclaration satisfaite n’a rien à envier, dans son hypocrisie, à la proclamation péremptoire du ministre gaulliste plus de 30 années auparavant.

Lire la suite

Unité n°34 vient de sortir

CLIQUEZ SUR L’IMAGE POUR ACCEDER AU PDF 

Au sommaire de ce numéro:

Edito de Julien Guérin: Tout est possible!

P. 2: C’est pas bientôt fini l’ump story?, par Jean-François CLAUDON

 P.3: Après le 7 septembre continuons le combat!, par Florent HASPEL

p. 4 et 5:  3 Questions à Gérard FILOCHE

 P.6 Le fond de réserves des retraites: une fausse bonne idée?, par Johann CESA

 P.7: Les « petits malaises » de mosco and co, par Xavier BOURDON

 p. 8: Nos droits : on s’est battu pour les gagner, on se battra pour les garder

UnitéversionInternet

Unité 32, spécial retraites, vient de sortir !

Au sommaire de ce numéro :

– Edito : « un recul social absolument majeur »

– Dossier retraites :

p. 2 : « La retraite, c’est quoi au fait ? »

p. 3 : « Gagner, c’est possible, tous ensemble ! »

p. 4 et 5 : « Ce que la droite fait subir aux salariés et aux acquis sociaux »

– p. 6 : « Au Proche-Orient, l’impunité tue ! »

– p. 7 : « Life during Wartime »

– p. 8 « Marée noire dans l’Éducation Nationale »

Unité n°32 en format pdf

 

Unité Avril 2010

Sommaire d’Unité du mois d’Avril 2010 (n° 31):

Edito: Ce n’est qu’un début

Socialisme régional ou premier pas de la conquète ? (p. 2).

La gauche comme seul remède à l’extrème-droite (p. 3).

2 questions à un nouveauconseiller régional PCF (p. 4).

La retraite possible à 60 ans (p. 5) .

2010 – 2012 : gardons le cap ! (p. 6).

Jules des Chantiers (p. 7)

Unis et solidaires pour la santé (p. 8)

Cliquez ici: Unité 31

Il y a 80 ans disparaissait Vladimir Maïakovski : poète ET révolutionnaire

Par Julien GUERIN (42)

En avril 1930 le plus grand poète russe de sa génération Vladimir Maïakovski mettait fin à ses jours à l’âge de 36 ans. 80 ans plus tard sa mémoire reste largement ignorée et son image parfois ambiguë face à la récupération qu’en ont fait les staliniens. Poète de talent, homme épris de liberté, allergique à l’injustice, être ultra sensible il a mis son œuvre au service de ses convictions socialistes sans sombrer toutefois dans le plat réalisme soviétique qui a asséché la culture russe.

La découverte de la poésie…et de la révolution !

Maïakovski est né en 1893 dans une famille modeste sur l’actuel territoire de la Géorgie. Il s’installe à Moscou en 1906 et adhère dés l’âge de 15 ans à la fraction bolchévik du Parti social-démocrate russe ! Au début du XX éme siècle, la Russie est une autocratie rétrograde dirigée par le tsar Nicolas II, l’immense majorité de la population est paysanne. Quelques concentrations industrielles existent dans la ville de Saint Petersburg  qui a su allumer la mèche ayant embrasé tout le pays en 1905. Sous la direction des bolchéviks et du 1er Soviet dirigé par le jeune Trotski, les ouvriers russes manquent de faire la jonction avec les masses paysannes qui revendiquent le partage des terres et l’expropriation des grands domaines. La répression est impitoyable mais quelque chose a été semé… Le jeune Vladimir grandit dans cette ambiance d’agitation sociale et politique et prend très jeune le parti des exploités et des pauvres. Il paye le prix de ses engagements en faisant l’expérience durant 11 mois des geôles tsaristes pour propagande social-démocrate. En 1910, il rentre aux Beaux-arts, il écrit alors ses premiers vers et se lie aux milieux futuristes et avant-gardiste. Ces courants artistiques font voler en éclat les règles académiques de la poésie déjà mise à mal au cours des décennies précédentes. Le jeune Vladimir s’impose rapidement comme le chef de file russe de ce courant novateur mais on sent déjà en lui le personnage tourmenté dans le long texte « Le nuage en Pantalon » en 1914 ou dans « la Flute des Vertèbres » en 1915. Il vient de tomber fou amoureux de la belle Lili Brick, la sœur d’Elsa Triolet (future épouse d’Aragon), déjà mariée mais si libre et tellement en avance sur son temps.  

Lire la suite

30 numéros en 3 ans et ça continue : Unité n° 30 vient de sortir !

Au Sommaire

Dossier Le mouvement social doit reprendre la main
– « Sale temps pour l’éducation » (p. 2)
– « Retour sur le congrès de la FSU » (p. 3)
– « Après Total et Philips : imposons un salaire maximum ! » (p. 4)
– « En Grèce, qui va payer la facture ? » (p. 5)

– Culture : « L’armée du Crime en DVD » (p. 6)

– Régionales : « Sarkozy tente une OPA sur les collectivités territoriales » (p. 7) / « Jeune, vote ! » et « Languedoc : le cas Frèche » (p. 8)

Cliquez ci-dessous

Unite 30

Feuilletez Unité 30 sur Calameo à cette adresse : http://fr.calameo.com/read/000165927e88181bc47cb

%d blogueurs aiment cette page :