A croire que les grands hommes de droite se cachent pour mourir…

Les 10 et 11 avril 2012 resteront à jamais des jours sombres dans la mémoire du mouvement ouvrier international en général et dans celle du camp émancipateur français en particulier. A quelques heures d’intervalles, deux grands du siècle dernier nous ont quitté. Raymond Aubrac est allé rejoindre sa Lucie dans le panthéon des héroïques combattants de la résistance contre le nazisme et les régimes à sa botte de fer. Ahmed Ben Bella, lui, est parti sur la pointe des pieds, comme étranger à la nation qu’il avait pourtant contribué à faire naître dans ces jours sanglants et enthousiasmants où le mouvement indépendantiste algérien menait vaillamment la lutte de tout un peuple pour son indépendance. Il n’est pas de lutte plus juste que celle qu’Aubrac et Ben Bella ont mené tout deux à leur manière : le combat des peuples pour leur propre libération de la barbarie et de l’impérialisme. C’est toute notre classe -celle des opprimés- qui est orpheline aujourd’hui.

Né le jour de l’assassinat de Jaurès, le 31 juillet 1914, Raymond était comme prédestiné à la résistance contre « la loi du mensonge triomphant qui passe », pour reprendre l’expression de notre Jean. Raymond a lutté tour à tour contre la Wehrmacht, contre le régime de Vichy qui imposait alors la collaboration avec l’Allemagne nazie, contre certains résistants qui trouvaient « qu’il y a[vait …] trop d’israélites » dans les organes de la France Libre, contre les bureaucrates socialistes, mais aussi communistes, qu’il empêchait par sa politique ouvrière de rétablir l’État bourgeois dans la région marseillaise quand il y fut nommé Commissaire de la République à la Libération. Il lutta par la suite contre les fauteurs de guerre en Indochine puis au Vietnam, contre les observateurs complaisants et fatalistes qui affirmaient que le Maroc indépendant finirait par crever de faim, contre les gouvernements qui -plus récemment- se sont faits une spécialité de la traque des sans-papiers… L’énumération de ses combats pourrait paraître sans fin et tel est le cas en vérité ! Résistant de la première heure, spécialiste de l’évasion, haut fonctionnaire d’un république qui se voulait sociale au sortir de l’horreur, diplomate de l’ombre qui contribua à mettre fin à la sale guerre des Américains au Vietnam, Aubrac était de cette race d’homme qui n’acceptait pas de marcher la tête basse. Un grand. Un de ceux qui, avec sa femme, n’ont cure des louanges de leurs temps, puisqu’il n’hésitait pas à affirmer qu’ils étaient parvenus au faîte de la résistance intérieure « non en vertu de nos mérites, mais comme souvent dans les organisations clandestines, du fait du hasard, des contacts et de l’amitié ».

Ahmed Ben Bella était un des leurs. Lui aussi est devenu orfèvre en l’art de l’évasion, d’ailleurs… Quelle vie fut la sienne ! Combattant de l’indépendance algérienne, premier président de la jeune république, apôtre de la socialisation des moyens de production dans un pays sous-développé, partisan du panarabisme prôné par Nasser après la crise de Suez, mais aussi… milieu de terrain de l’Olympique de Marseille, dans sa jeunesse, pendant la saison 1939-1940 ! Quel destin… Bien sûr, on a critiqué son autoritarisme en tant qu’homme fort du régime algérien de 1962 à son éviction par son second Boumedienne en 1965, parfois à juste titre, mais souvent pour jeter l’opprobre sur l’expérience socialisante dont il a été l’initiateur. Il n’en reste pas moins qu’Ahmed Ben Bella, emprisonné par le colonisateur français, puis par le régime qu’il avait dirigé, exilé en Suisse, revenu sur sa terre natale en 1990 seulement, était fait de l’étoffe des grands. D’ailleurs, malgré sa disgrâce, les ailes de Ben Bella n’ont jamais été totalement brisées. Depuis son retour en Algérie, il militait activement dans les rangs altermondialistes et fut jusqu’à sa fin un défenseur acharné de la cause palestinienne. Ben Bella, défenseur des peuples opprimés, ou la cohérence d’une trajectoire politique qui paraît à de nombreux observateurs trop pressés fort énigmatique.

Et les grands hommes de droite ? est-on en droit de rétorquer. A croire qu’ils se cachent pour mourir, puisqu’on entend jamais parler d’eux… La vérité est simple. Ces gens-là sont des chimères, ils n’existent pas. C’est pour cela que Sarko, en bon président-candidat, a été contraint de faire aujourd’hui l’éloge funèbre d’un résistant communisant dont il est aux antipodes en tout point. Il aurait préféré en appeler aux mânes de Pinochet ou Maurras, mais -que voulez-vous ?-, il paraît que ce n’est pas porteur…

Publicités

One Response to A croire que les grands hommes de droite se cachent pour mourir…

  1. David says:

    Cet article est marrant les grands hommes de droite il y en a et il y en a toujours eu , vous connaissez Le marquis de Lafayette ? Le général de Gaulle ? Winston Churchill ? Napoléon Bonaparte ? André Malraux ? Margaret Thatcher ? Simone Veil ? ce qui différencie peut être les grands hommes et Femmes de droite c’est qu’ils ne nient pas ceux de gauche ! Et quand vous prenez Ben Bella comme exemple ou encore le Che des hommes qui ont fait couler le sang et qui ont bafoué les principes démocratiques et républicains qui sont les nôtres vous faites honte à la France , à nos valeurs et aux hommes morts pour la liberté et la démocratie ! Le Che en particulier qui a tué nombre de propriétaires innocents qui n’étaient pas en accord avec les dogmes socialo-communistes de ce dernier , notamment le principe même de liberté par la propriété , sachez que la devise de la révolution de 1789 était : Liberté Egalité Propriété !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :