A bas les peurs ! Avec la gauche, choisissons le rêve !

Par Johann CESA (42)
Voilà ce que nous devons marteler dans chacune de nos diffs, lors des porte-à-porte et des réunions d’appartement. Quatre semaines pour convaincre, quatre semaines où nous nous ingénierons à extirper le venin de l’affaire Merah savamment distillé par Nicolas Le Pen. Le paradoxe dans lequel les classes dominantes essaient d’enfermer le parti socialiste est le suivant : d’un côté, les salariés attendent de François Hollande un programme plus ancré à gauche et, de l’autre, on attise les passions pour le faire tomber dans le piège du discours ultra-sécuritaire. Dénoncer le bilan de Sarkozy en matière de sécurité tout en s’en dégageant au plus vite : telle est la mission ardue qui incombe au parti majoritaire de la gauche et à son candidat. En 2002, Jospin était tombé dans le piège grossier tendu par la droite , tandis que Royal a tenté en 2007 le grand écart permanent entre discours social et réponses sécuritaires sous l’étendard de « l’ordre juste ».
Cette fois, en 2012, la gauche ne pourra pas nous faire faux-bond. Non pas que les problèmes d’insécurité soient réglés, bien au contraire, puisque les atteintes aux personnes n’ont même pas connu ne serait-ce que l’ébauche d’une « baisse tendancielle de l[eur] augmentation ». Mais parce que le bilan du président sortant -et bientôt sorti- en matière d’emploi, de protection sociale et de logement est tel qu’il impose à la gauche des réponses immédiates. Sarko l’a bien compris. On ne le verra pas nous refaire le coup de 2007 où le candidat du Fouquet’s s’était érigé en président du pouvoir d’achat et en héritier de Jaurès et de Blum. Trop de discours et de promesses non-tenues, dont celle de maintenir l’activité de Gandrange, sont passés par là. La campagne Sarko & Co. de 2012, on le voit déjà, se résume à la récupération honteuse des évènements de Toulouse et Montauban, ainsi qu’à la critique permanente du caractère prétendument « irresponsable » du programme de notre parti. Insulter notre candidat de « nul », de « menteur », de « tartuffe » et de « matraqueur fiscal », tout en plaçant immigration et insécurité au cœur de son programme : voilà le cru Sarko 2012 ! Une campagne qui colle à son mandat : diviser, diviser pour -croit-il- finir par mieux régner. Le « musulman d’apparence » contre le bon vieux Français de souche, le salarié qui par ses « charges sociales » toujours trop lourdes paie pour ce fainéant de chômeur… On connaît la chanson, le refrain est celui d’un de ces tubes de l’été : beaucoup en sont fans au début, mais il finit par lasser et devient même franchement insupportable.
« Aujourd’hui, on est sur ce qui compte pour les français, la vie quotidienne […], il y a toute les urgences qui sont là, qui nous sont rappelées. Les petites retraites, le pouvoir d’achat, le chômage, les inégalités… », François Hollande, dimanche dernier à Bastia. Que dire de mieux ? Si ce n’est que le social demeure la racine de tous les maux. Ne pas se laisser dicter sa campagne par Sarko. Garder de la cohérence et défendre le salariat, premier martyr du président sortant. Réaffirmer, comme l’a fait Martine Aubry ce matin sur France Inter, que le premier acte de François Hollande en tant que 7ème et dernier président de la Vème république sera le retour de la retraite à 60 ans, et que ce geste fort n’exige qu’un simple décret : le voilà le signal clair que le PS doit envoyer à tous les salariés. Comme le fut, en son temps, le premier décret de Mitterrand augmentant le SMIC de 10 %. Une gauche qui tient ses promesses pour changer la vie. Redistribuer les richesses pour ceux qui n’en reçoivent pas la part qu’il mérite. Parler salaire, Sécu, conditions de travail, santé, c’est parler à ce qu’il y a de plus intime en nous. C’est la clé du succès. François, garde le cap ! Cap à gauche !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :