Drame de Toulouse : non à l’Union sacrée !

Suite au drame de Toulouse survenu hier matin, la rédaction de l’Offensive Socialiste a suspendu son opération « 1 jour, 1 article ». Retrouvez aujourd’hui notre article à ce sujet :

Sarko en rêvait, un déséquilibré l’a fait : Nouveau Supermenteur a « son » massacre, comme son maître à penser, Supermenteur Ier, avait eu la fusillade de Nanterre en mars 2002, il y a bientôt 10 ans. Empêtré dans sa médiocrité de classe, Sarko est incapable d’innover et il passe son temps à se chercher des modèles prêts à l’emploi afin de s’assurer, croit-il, une victoire sur-mesure. L’idée de l’entrée en campagne tardive, c’est du Miterrand 1988 ! Celle de centrer son propos sur les « valeurs » de droite, c’est du Bush 2004 ! Et la volonté de siphonner les voix du FN, c’est du … Sarko 2007 ! Une vraie campagne en kit… L’acte inqualifiable et barbare qui a eu lieu à Toulouse hier va maintenant permettre au toujours-premier-flic-de-France de marteler le thème de « l’insécurité » comme l’a fait son mentor Chirac dans les derniers jours de la campagne présidentielles de 2002 avec le succès que l’on sait. Le hasard fait parfois si bien les choses ! Sarko priait fiévreusement pour que se produise un acte macabre dont l’horreur serait à même d’infléchir la campagne dans son sens, et il l’a reçu du ciel le lendemain de la gigantesque marche citoyenne pour la 6ème République qui devait précisément déporter encore un peu plus le débat électoral vers la gauche. Il est à ce titre complétement hallucinant que pas un des plumitifs de la presse aux ordres, qui rabâchent pourtant sans cesse l’adage « à qui profite le crime », ne l’applique au président et n’ait ne serait-ce qu’évoqué, dans cette sordide affaire, la responsabilité des hautes sphères de l’État qui ont la haute-main sur le renseignement et sur les services anti-terroristes…

L’information étant une chose bien trop importante pour la laisser aux journalistes, il faut rétablir la vérité par nos propres moyens et commencer par dire qu’au-delà des intentions que nous ne pourrons jamais établir objectivement, c’est la politique abjecte du gouvernement Sarko-Fillon-Besson-Hortefeux-Guéant qui a mené à la tragédie toulousaine d’hier matin. Qui a favorisé le communautarisme en France dans des proportions jamais atteintes par tous les autres gouvernements de droite ? Qui a monté les communautés les unes contre les autres et a entrepris une guerre larvée contre la laïcité institutionnelle de la République ? Qui a redonné droit de cité aux idées extrémistes et racistes qui avaient pourtant étaient largement marginalisées lors de la campagne de 2007 ?

L’acte odieux commis à Toulouse a beau avoir été perpétré selon toute vraisemblance par un antisémite isolé, il reste que l’assassinat de 3 enfants et du rabbin constituera à jamais le funeste paraphe du mandat finissant de Sarkozy. C’est bien lui et ses sbires qui ont lancé en grande pompe ce faux-débat mortifère sur la prétendue « identité nationale » ! C’est bien son ami, collaborateur et ministre qui a assuré que « toutes les civilisations ne se valent pas » ! C’est encore ce cher Guéant, appuyé par le modéré et raisonnable Fillon, qui s’en est pris aux traditions alimentaires sémitiques au point d’ailleurs de confondre rites juif et musulman ! C’est encore et toujours Sarkozy qui, poussé par ses conseillers intégristes, a fait grimper artificiellement l’antisémitisme dans notre pays en s’alignant sur la politique criminelle et colonialiste de l’État d’Israël. L’intégralité de la politique de cette droite rance, aux relents vichystes et fondamentalistes, constitue la trame de fond de la tragédie en un acte qui s’est joué hier à Toulouse…

« Acte odieux », « drame abominable », mise en place d’une « traque policière » pour « mettre le criminel hors d’état de nuire » : Sarko, qui faisait grise mine depuis longtemps, revit. Il est comme un poisson dans l’eau quand il parle aux bas-ventres. Il s’est empressé d’annoncer qu’il suspendait sa campagne jusqu’à mercredi au moins, car le deuil national qui s’annonce le rend dix fois plus visible que la campagne et le transfigure, candidat parmi d’autres qu’il est devenu, en président en exercice incarnant la douleur compatissante de tout un pays. Bref, Sarko suspend sa campagne pour la simple raison qu’en dehors d’elle, il est encore plus dedans… Comme toujours, l’appel à la fameuse « union nationale » est un piège tendu contre la gauche. Il faut refuser de rentrer dans le jeu de la droite.

Pour défendre la mémoire des trois enfants innocents qui sont tombés hier sous les balles d’un salaud, il faut précisément combattre la politique, la société et l’État qui a permis son geste. Cette politique, c’est celle de Sarkozy et de sa droite de combat qui cherche à imposer une psychose d’État dans l’espoir de l’emporter à la hussarde ! Cette société, c’est la société capitaliste qui s’ingénie par tous les moyens à diviser les travailleurs ! Cet État, c’est la Vème république qui a organiquement besoin de crises profondes pour tisser le lien mystique et infantilisant qui relie le bon peuple à son « sauveur » ! La gauche et ses deux principaux candidats ne doivent pas tomber dans ce piège grossier. A bas l’union sacrée ! A bas Sarkozy et son plan vigipirate « écarlate » ! A la gauche, à toutes ses organisations, à nous tous, de les mettre « hors d’état de nuire » !

Par Jean-François CLAUDON (75)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :