Pour un 1er mai utile : « tes 1000€, on n’en veut pas » !

Par Johann CESA (membre du Bureau National du MJS)

Le petit bling-bling est à la rue. Plus personne ne veut de lui. La bourgeoisie commence même à douter de lui pour les échéances de 2012. Pour se rebiffer et se refaire une santé, Sarko se remet à chantonner sa petite musique ouvrière qui avait fait sa force en 2007. Ah ! Il les aime, les usines et les fabriques ! Haut lieu du capitalisme où les taux de profit tirent à vue sur la chaire humaine, il trouve ça beau, notre Sarko, les salariés à sec qui courbent l’échine pour éviter des fins de mois douloureuses, lui, le beau-parleur qui permet à ses protégés millionnaires de payer moins d’impôt qu’un smicard. Alors, il promet du sang, de la sueur et des larmes pour les entreprises qui donnent trop aux actionnaires. Un vrai « socialo », ce Sarko ! Un « partageux », même ! Allez hop, 1000 € de primes pour tout le monde. Tout le monde ? Non ! Faudrait être maso’ pour croire que les assemblées générales vont voter une augmentation des dividendes afin de permettre aux salariés de toucher la prime de 1000€. Ce n’est qu’un tour de passe-passe mal ficelé qui ne vise qu’à détourner l’opinion publique du spectacle inique que constitue l’allègement de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune. Même François Barouin, le chiraco-sarkozyste (sic), évoque un « vaste foutoir ». 1000 €, c’est quoi sur année ? A peine plus de 80 € par mois d’augmentation, alors que les salariés en demandent le triple : 200 € de plus par mois tout de suite !

1000 € exonérés de cotisations sociales, c’est la Sécu qui trinque. La France n’a jamais été aussi riche, les caisses du privé sont pleines. On en trouve, des sous, pour renflouer les banques et envoyer des bombes et de la chaire à canon en Afghanistan, en Côte d’Ivoire et en Libye ! Prenons l’argent là où il se trouve. C’est celui qu’ils nous ont volé en nous faisant travailler plus pour gagner moins. Cet argent, c’est le notre. C’est le fruit de notre travail.

Les salariés ont la haine contre Sarko. Une haine construite par les mobilisations sociales de 2009 et 2010 qui n’ont abouti à rien ou à très peu : salaires bloqués, retraite à 67 ans à taux plein, soins médicaux de plus en plus mal remboursés, un code du travail détricoté, les prix des biens de première nécessité qui augmentent à vitesse grand V… La facture est lourde pour le salariat ! C’est lui qui paie la note de la crise provoquée par ceux qui s’en mettent toujours plein les poches. Les États-membres de l’Union et les institutions européennes imposent des politiques d’austérité avec le pacte de compétitivité pour « assainir » les dépenses publiques. En clair, serrez-vous la ceinture ! De quoi attiser la haine de ceux d’en bas… Il faut que ce torrent social se déverse à défaut de sortir de son lit et de tout balayer sur son passage. Alors, fidèles à leur passé, la droite et ses acolytes extrémistes se mettent en quête d’un bouc-émissaire. Une sorte de seconde nature, chez eux… Avant-hier, le Juif, hier le Roms, aujourd’hui c’est le Tunisien, enfinl’Arabe -ou plutôt le musulman-, bref « un type pas de chez nous » (le raciste y perd son latin). 20 000 malheureux migrants font la une des gazettes. Vite, il faut « remettre les clandestins dans les bateaux » ! Vite, il faut fermer
nos frontières parce qu’on « ne se sent plus chez nous aujourd’hui ». Charles Maurras renaît de ses cendres. La droite xénophobe revient au galop. Pour les «bons Français » la prime, pour les autres la noyade ! C’est le FN qui rafle la mise.

Aux salariés de reprendre la main face à ces manipulations. Comme le demande la CGT, faisons de ce 1er mai une marche contre le racisme et la xénophobie. Le vrai coupable, c’est le capitalisme ! Menons une lutte offensive, une lutte centrale pour l’augmentation des salaires et une plus juste redistribution des richesses. Un 1er mai utile, c’est refuser la prime de 1000 € et c’est revendiquer les « 35, 60, 1600, 20 ». De vraies 35 heures pour se rapprocher de la durée réelle du travail ! La retraite à 60 ans à taux plein! Le SMIC à 1600 € tout de suite ! Un salaire maximal à 20 fois le SMIC !

Advertisements

3 Responses to Pour un 1er mai utile : « tes 1000€, on n’en veut pas » !

  1. N Fauchart says:

    Et oui, l’aumône au bon peuple pour se donner bonne conscience et le faire taire… C’était si bien au 19e siècle…!

  2. Comment laisser un texte en pièce jointe?

  3. offensivesocialiste says:

    Adresse le à offensive.socialiste@gmail.com
    cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :