3 questions à Romain FELLI, militant socialiste suisse et rédacteur en chef de la revue Pages de Gauche à propos du récent congrés de son Parti (propos receuillis par Julien GUERIN)

1) Quelle est ton analyse personnelle du récent congrès du PSS? Marque-il un réel tournant à gauche?

Il s’agissait d’adopter un nouveau programme du PS (le précédent datait de 1982). Contre les préavis du comité directeur du parti, le Congrès, surtout appuyé par les jeunesses socialistes, les sections francophones et italophones, et les femmes socialistes, a adopté une série d’amendements importants. Nous demandons la « rupture avec le capitalisme » en vue de la constitution d’un socialisme démocratique, qui se fasse par le biais d’une démocratisation de l’économie. Nous demandons la renationalisation des services publics (en particulier des opérateurs téléphoniques), l’interdiction de la spéculation économique, et, ce qui fait couler beaucoup d’encre, la suppression de l’armée (dans un pays qui connaît encore la conscription obligatoire).

Clairement, l’aile gauche du parti a emporté beaucoup de batailles. Mais a aussi subi quelques défaites (par exemple le remplacement du concept d' »égalité » par celui de « justice » dans les valeurs fondamentales, ou encore le refus de la semaine de 4 jours). Ceci dit, s’il s’agit d’un virage à gauche dans notre programme, les représentants médiatiques et isolés de l’aile droite du parti ont immédiatement déclaré dans la presse qu’ils ne se sentaient pas tenus par le nouveau programme, pourtant adopté à la quasi-unanimité des délégués.

2) Quel a été le rôle de la gauche du parti au cours des débats?
En réalité la gauche du parti est la seule à avoir pris au sérieux, depuis longtemps, le programme et est donc arrivée avec plusieurs centaines d’amendements au Congrès. Nous avons, peut-être, sous-estimé le besoin de coordination dans une assemblée d’une telle taille (plus de 600 délégués) en n’allant pas assez souvent chercher des appuis dans les sections germanophones.

3) La gauche helvétique te semble t-elle désormais armée pour répondre à la crise sociale, morale et politique qui touche aussi ton pays?
Avec ce programme d’alternative politique, qui devra être traduit dans un langage accessible, le PS a désormais les moyens, à mon avis, non pas de « piquer » des électeurs aux Verts ou à la droite, mais d’aller mobiliser parmi les 60% d’abstentionnistes réguliers qui se recrutent essentiellement parmi les classes populaires. Surtout, il permet de remobiliser les militants du PS autour de leurs valeurs fondamentales.

Publicités

One Response to 3 questions à Romain FELLI, militant socialiste suisse et rédacteur en chef de la revue Pages de Gauche à propos du récent congrés de son Parti (propos receuillis par Julien GUERIN)

  1. Lecoultre Richard says:

    Salut Romain,
    J’ai pris connaissance de tes commentaires sur la version officielle du programme, et par mégarde, j’ai paumé le message.
    Pourrais-tu me le renvoyer, s’il-te-plaît ?
    Deux demandes au bureau lausannois sont restées sans réponse.
    Merci d’avance.
    R. Lecoultre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :