Le 12: Toute la jeunesse dans la rue!

Par Hugo Melchior (35)
 
La jeunesse est dans sa grande majorité opposée à la contre réforme des retraites car elle a compris les conséquences notamment en terme d’emploi non libérés qui frapperont les nouvelles générations si le recul de la l’âge minimum de départ à la retraite à 62 ans devient un fait accompli ! 
La jeunesse est attachée à ce processus historique de réduction du temps de travail et donc d’augmentation du temps de vivre, que se soit sur à l’échelle de la journée, de la semaine, de l’année ou encore à l’échelle de la vie ! 
Ils savent que cette histoire émancipatrice n’est pas une histoire linéaire mais bien une histoire qui bégaie marquée à la fois par des avancées et par des régressions ! 
Ils savent que la retraite à 60 ans avec une pension décente, constitue une avancée cardinale dans ce long processus, à l’instar des congés payés, de la semaine de 8 heures enfantée le 19 avril 1919 ou la semaine de 40 heures en 1936, et qu’il est aujourd’hui nécessaire d’être fidèle à ces acquis ayant eu tous le dessein de libérer toujours plus de temps de vivre de l’aliénation et de l’exploitation salariale ! 
La jeunesse sait que les acquis sociaux dont elle peut jouir aujourd’hui n’existent que parce qu’il y a eu à un moment donné des hommes et des femmes prêts à se battre, à donner de leur temps, à se mettre en mouvement, à rompre avec la normalité quotidienne, pour voir ses aspirations communes devenir réalités ! 
Aussi, n’oublions jamais que ce qui apparait à nos yeux comme des acquis immuables, ayant toujours existé, ont été bel et bien été conquis, arrachés des mains de l’oligarchie qui nous gouverne par les générations précédentes et que c’est à ce prix seulement qu’ils sont devenus les acquis que nous connaissons ici et maintenant ! 
La jeunesse ayant une mémoire se doit d’être digne de ses acquis en se mettant en ordre de bataille pour les défendre contre l’offensive de la bourgeoisie capitaliste qui par l’intermédiaire de ce gouvernement antipopulaire espère bien faire payer au peuple le prix de la crise une seconde fois ! 
Ce n’est pas au peuple de devoir sacrifier ses droits sociaux sur l’autel de la nécessaire réduction des déficits. En effet, ces déficits, que l’éditocratie et le patronnat agitent comme des épouventailes pour effrayer la plèbe, ont été à la fois alimentés par la crise économique, dont seuls les capitalistes sont responsables, et par la politique fiscale de classe qui, en faisant toujours plus de cadeaux fiscaux à ceux qui n’en ont pas besoin, en gavant ceux qui sont déjà gavés, a provoqué la réduction des recettes publiques de l’état que le peuple se voit aujourd’hui sommer de combler, notamment en devant travailler toujours plus longtemps ! 
Etudiants, lycéens, chômeurs, jeunes précaires, jeunes travailleurs, unissons nous et tous ensemble mettant nous en mouvement à partir de demain en allant nous lier au mouvement des autres générations épris comme nous d’égalité, de solidarité, de salaire socialisé et en devenant une force incontournable dans ce mouvement, redevenons l’épouvante de Sarkozy et de tous ces chiens libéraux ! 
La retraite à 60 ans vivra si nous nous montrons digne d’elle en osant lutter sans assurance de vaincre au final, mais avec toujours la certitude délectable au moins d’être restés fidèle effectivement à l’histoire émancipatrice de la réduction du temps de travail et aux acquis la composant !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :