Unie et appuyée sur le mouvement social, la gauche peut tout !

Par Jean-François Claudon (75)

Scoop de la presse aux ordres ! A son université de rentrée qui s’est déroulée ce week-end à Vieux-Boucau dans les Landes, le courant « Un Monde d’avance », après deux jours d’intense réflexion et de débats enfiévrés, a arrêté une position unanime proclamée solen- -nellement à la tribune : « DSK est trop à droite »… Le Figaro nous fait trop d’honneur en nous accréditant d’une profondeur de vue de plus d’un an. Évidemment, toutes les composantes du courant de gauche du PS estiment qu’il faudrait un miracle pour que le président du FMI devienne dans ce laps de temps le candidat le plus apte à forger l’alternative politique à la clique de Neuilly. Mais le quotidien du marchand de canon préféré de Sarko surestime nos humbles capacités de prospective. A UMA, nous ne sommes pas encore en 2012 et nous ne voulons pas y être, car nous avons l’intime conviction que la conquête du pouvoir est subordonnée aux résultats de l’affrontement social généralisé que Sarkozy, mandaté par les braqueurs et les traders de tous les pays, impose aux salariés français sur la question des retraites.

Contrairement à d’autres, sûrement plus intéressés à leur avenir personnel qu’à celui de millions d’hommes et de femmes, nous mettons 2010 avant 2012, car notre succès électoral éventuel -en 2012 ou même avant- ne sera que le fruit de la victoire sociale de notre camp. Pas surprenant, dans ce cas, que les travaux de nos universités de rentrée n’aient pas rencontrées la faveur des médias. Plus de 1000 militants socialistes venus des quatre coins de la France pour débattre pendant deux jours et construire leur ligne politique commune contre la droite, qu’est-ce si les petites phrases assassines ne pleuvent pas ? Qu’est-ce par rapport aux rendez-vous mondano-modem où les égos se pavanent et dont les journalistes sont si friands ? Il y avait bien Besancenot qui venait dimanche, mais c’était pour incarner l’unité de la gauche face à la contre-réforme Woerth, et pas pour critiquer le PS… Pour le gratin médiatique, pas de paillette. Rien de bon ne pouvait sortir de ce rassemblement. Rien sur 2012 ! Rien qui ne divise la gauche ! En revanche, tout sur le social ! Tout qui renforce l’unité de notre camp ! Hormis un article du Monde et le scoop bidon du Figaro, le boycott de règle pour la campagne de meetings unitaires sur les retraites a également frappé notre université d’été. A croire que nous allons dans la bonne direction…

L’université de rentrée d’UMA s’est déroulée sous les meilleurs auspices. En effet, fidèle à l’héritage des gauches socialistes qui se sont structurées dans le passé au sein du PS, notre courant n’est jamais plus dans son environnement que lorsqu’un mouvement social d’ampleur semble se mettre en branle. La mobilisation sociale, c’est notre stimulant, c’est même notre oxygène, car nous ne pouvons vivre et croître sans elle. Les multiples discussions qui ont eu lieu ce week-end à Vieux-Boucau à propos du logement, de la santé, de l’éducation, des ressources naturelles ou encore des relations internationales étaient, dans leur diversité, toutes subordonnées à un registre qui les dépasse toutes en les englobant : la question sociale. La seule, la vraie, celle de l’affrontement social, celle de la répartition des richesses, celle de ce fichu rapport capital-travail qui fait l’histoire. C’est un acquis décisif pour notre jeune courant que de mettre clairement le social au cœur et de le dire ! Les différentes animateurs de notre sensibilité, Benoît Hamon, Henri Emmanuelli, Gérard Filoche, Marie-Noëlle Lienmann, l’ont tous dit à leur manière : il faut s’appuyer sur la mobilisation sociale et l’aider en retour, en avançant les mots d’ordre unifiants à même de créer un débouché politique pour les millions de salariés qui cherchent leur voie confusément, mais qui veulent en découdre avec ce pouvoir du fric et de la haine. Pour nous, ces mots d’ordre centraux à lancer au visage tuméfié de Woerth et cette droite moribonde se résument en quelques chiffres : 60, 35, 1600, 20 ! Retraite à 60 ans à taux plein, ce beau slogan qu’ont repris en chœur les jeunes socialistes lors du repas festif du samedi soir ! Défense et approfondissement des 35 h par la lutte contre ces heures supp’ qui créent le surtravail et le chômage ! Augmentation généralisée des salaires, comme l’a rappelé Benoît Hamon lors du meeting de clôture, ce dimanche ! Le SMIC à 1600 euros ! La répartition des richesses que nous opposons à Sarko, Woerth et Liliane Bettencourt exige enfin de nous le réengagement massif de l’État dans les services publics, ainsi que le plafonnement des hauts salaires à hauteur de 20 smics ! Malgré leur richesse, l’ensemble de nos travaux de ce week-end sont comme englobés dans ces quatre chiffres pour la simple et bonne raison que la situation politique actuelle se cristallise au point de se réduire pratiquement à l’issue de l’affrontement sur les retraites. La crise systémique du capitalisme et les réponses frénétiques qu’elle a suscitées dans le camp d’en face nous pousse à concentrer toutes nos forces sur ce point d’impact : le projet de loi Woerth. Il faut les mettre KO, lui et les siens, car que faire d’autre face à des délinquants qui veulent vous piquer vos caisses de sécu, vos pensions, vos meilleures années de retraite et, plus fondamentalement, ce temps libéré de la loi de la valeur et de l’exploitation capitaliste. Ce temps que nos prédécesseurs ont conquis dans le passé et qui préfigure ce monde futur où elle aura totalement disparu.

Ho, bien sûr, tout le monde, au sein d’UMA, ne se retrouve pas totalement sur telle ou telle formulation, sur tel ou tel chiffre. Mais nous avons eu l’impression que ce plan d’urgence sociale était largement majoritaire dans nos rangs à Vieux-Boucau. Si ce n’est le cas, ces revendications que défendent de nombreux camarades au sein du courant gagnent en audience et nous ne pouvons pas nous en plaindre. Il en va de même au niveau de l’organisation interne. A ce niveau, tout n’est pas parfait, loin de là ! Le sectarisme est un poison tenace, dont des traces peuvent persister dans un organisme même après la guérison. Mais nous n’attendons pas qu’un parti ou un courant soit parfait pour en être et contribuer à son orientation. La question des porte-parole du courant a été tranchée et va permettre de clarifier la position de Benoît au sein du Parti et dans l’opinion. Mais nous ne trompons pas : il ne s’agit en aucun cas d’une capitulation face aux modérés, puisqu’à la tribune, le 1er signataire de notre motion a affirmé qu’il continuerait à défendre la retraite à 60 ans comme dirigeant de l’aile gauche du PS, mais également en tant que porte-parole, car elle constitue jusqu’à nouvel ordre la position du Parti, présente dans tous nos textes de congrès ! C’est un fait, UMA s’homogénéise et se structure. Les progrès du courant en terme d’organisation interne sont là et ils ne peuvent qu’aller en s’approfondissant. Plus que par le passé, il faut que le travail se fasse collectivement, dans l’élaboration tout comme dans les décisions. Toutes les sensibilités du courant constituent le fruit d’une riche histoire, ainsi que la source de réflexions diverses qui nourrissent UMA, et, à ce titre, méritent toute une part de responsabilité. Aller toujours plus loin dans les voies de la démocratie et du collectif, telle est la vocation d’une authentique gauche socialiste décomplexée. A nous de d’employer au mieux notre potentiel en réalisant l’unité de la gauche du PS en acte, au-delà des belles proclamations, à l’instar cette gauche sociale et politique qui se rassemble dans le cadre du collectif unitaire contre le projet Woerth !

Précisément, c’est le meeting sur la situation sociale et sur les retraites qui fut le point d’orgue de ces journées d’étude landaises. Jugez du peu ! Ont successivement pris la parole Willy Pelletier pour Copernic, Jean-Vincent Placé pour les Verts, Henri Emmanuelli pour UMA, puis Pierre Laurent pour le PCF et Oliver Besancenot pour le NPA. Benoît Hamon a conclu de fort belle manière cette rencontre qui symbolise plus que tout la nouvelle union de la gauche en construction. L’enthousiasme était palpable dans la salle, tant les discours des orateurs convergeaient. Pas une intervention ne se finissait sans que les auditeurs ne scandent debout « Unité ! Unité ! »… S’il le fallait encore, la matinée radieuse de ce dimanche, annonciatrice de jours nouveaux pour l’ensemble de la gauche et pour tous les salariés de ce pays, a mis en évidence ce qui est au cœur de notre engagement : il n’y a ni deux, ni trois, mais bien une seule gauche et nous sommes en capacité de nous situer avec d’autres en son centre de gravité. Ce sentiment profond, que ressentait tous les participants à ce meeting qui fut de fait unitaire, ne doit ni nous paralyser, ni susciter en nous une suffisance illégitime, mais nous encourager à continuer notre combat pour l’union de toute la gauche afin de défaire la droite et de redistribuer les richesses. Benoît Hamon l’a dit à la fin de son discours. La gauche rassemblée doit clairement dire aux salariés que le temps des sacrifices est révolu pour eux. Tout ce que nous ferons le sera pour eux et pour eux seuls !

Publicités

One Response to Unie et appuyée sur le mouvement social, la gauche peut tout !

  1. charlec says:

    Un reproche pour vous soutenir et appuyer ce mouvement il faut sortir de la discretion ? Biensur que nous sommes frustrer que vous gardiez celà uniquement pour les inities la gauche va du nord au sud de mayotte a cayenne il ya de la place pour loger des ceux qui souffre alors ne capter pour vous seul ou alors dites le nous le nousles laisser pour compte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :