Meeting unitaire du jeudi 10 Juin à Lyon « Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites »

Par Florian Duron (69)

Le grand meeting unitaire qui s’est tenu à Lyon ce mercredi 10 Juin 2010 fut une fête comme nous aimons les connaître lorsque toute la gauche est rassemblée. Pourtant le sujet est grave. La contre-réforme des retraites voulue par le gouvernement signifie, malgré les discours de justification qui ressortent régulièrement de la bouche des membres de ce gouvernement ami de ceux du Fouquet’s, une baisse programmée des pensions ou, à choisir, une retraite à taux plein obtenue alors que le salarié est déjà sur les genoux et voit sa condition physique, tout comme sa condition mentale, fortement dégradée. Il est en effet nécessaire de préciser qu’au lieu de s’occuper de l’espérance de vie globale qui est certes en augmentation -et c’est tant mieux-, il serait plus utile de s’intéresser à l’espérance de vie en bonne santé, qui est en moyenne de 10 ans inférieure à l’espérance de vie globale, ainsi que l’a rappelé Jean-Jacques Boislaroussie des Alternatifs. Ceux qui feront les frais de cette réforme ne seront pas les bons, comme d’habitude, alors que ceux qui devraient payer sont en effet ceux « qui nous font perdre notre temps », ainsi que l’a joliment asséné Alain Lipietz pour les Verts.

Ce meeting fut une fête surtout parce que toute la gauche était ici rassemblée, dans sa diversité, qui, loin de la desservir, est ce qui fait sa force et doit permettre que les salariés et que les premiers concernés par cette réforme injuste, inefficace et inutile, puissent s’exprimer par le biais de ce front syndical, associatif et politique. Sur des questions aussi importantes, et devant la menace des régressions sans précédent que veut nous imposer le gouvernement de Sarkozy, la gauche montre que la diversité qui la caractérise entraîne une force sans égale dont la droite a peur. La droite en a peur, car lorsque cette gauche parle d’une même voix, afin de défendre les intérêts de ceux pour qui elle doit toujours se battre, son unité est porteuse d’une dynamique qui peut renverser des montagnes et abroger des lois qui auraient déjà été ratifiées par le Parlement, surtout si celles-ci sont passées en force par le biais du fameux « 49-3 ». Le parallèle avec le CPE est ici particulièrement intéressant, ce que n’a pas manqué de signaler Jean-Baptiste Prévost, le président de l’UNEF. Cet exemple est en effet significatif, et ce pour deux raisons. On l’a dit, la lutte résolue contre le CPE a mené à l’abrogation d’une loi qui était déjà passée au Parlement. Mais surtout, elle a montré une nouvelle fois que la solidarité paie, et quel symbole, puisqu’il s’agissait de la solidarité entre les générations, celle justement qui nous intéresse aujourd’hui, et dont il est urgent de raviver la flamme dans ce nouveau mouvement d’ensemble qui s’annonce dans les rangs du salariat !

Une affaire de jeunes donc, on l’a bien compris puisque notre génération sera la première à expérimenter les nouvelles mesures imposées par le gouvernement si celles-ci ne sont pas remises en cause. En outre, comme l’a rappelé l’intervenante du Mouvement des Jeunes Communistes, notre génération sera la première qui va vivre moins bien que celle de ses parents. Ainsi, il aurait été bon que les jeunes soient consultés, ainsi que l’a rappelé Lucie Briatte, responsable fédérale du Mouvement des Jeunes Socialistes du Rhône. Et si Laurianne Deniaud, présidente de notre mouvement, a bien été reçu par Eric Woerth, et a donc bien été consultée, il semblerait bien qu’a l’instar des leaders syndicaux, elle n’a en revanche pas été écoutée. Il est vrai que la conception de la concertation qu’a le gouvernement semble un peu « spéciale ». Les 21 organisations de jeunesse, elles aussi unies pour défendre les mêmes revendications, illustrent le fait que sur cette question des retraites, personne ne suit une voie divergente. Mais le gouvernement fait comme si le front uni de nos organisations n’était rien en comparaison à « l’union sacrée » du découragement et de la peur qu’il tente de susciter en mentant tous les jours sur la situation de nos caisses de retraite. Cette unité seule nous permettra de gagner, comme tous les intervenants l’ont à nouveau souligné. Il est en effet vital pour la gauche de réaffirmer sans cesse cette nécessité d’unité.

Malgré ce sujet grave et difficile, la fête fut cependant au rendez-vous, comme elle l’est bien souvent dans les manifestations, ce qui montre bien que lorsque la gauche s’unit, elle retrouve un climat d’apaisement et une dynamique qui offrent des perspectives pour l’avenir et montrent aux salariés une gauche porteuse d’espoirs, parce que porteuse de propositions qui font l’unanimité dans l’ensemble de ses rangs.

Le Parti Socialiste doit tenir son rang dans ce mouvement qui se renforce et que l’ensemble de la gauche porte, et le rôle qu’il a à jouer est important, ainsi qu’il a été clairement affirmé au cours du meeting, et pas seulement par les intervenants socialistes. Il doit également changer de méthode. Ainsi, le rôle historique du PS a été rappelé par Willy Pelletier, pour la Fondation Copernic, en précisant que les socialistes « avaient pris toute leur place dans les grandes avancées sociales, du moins quand ils n’étaient pas présidents du FMI ».

C’est clair, les intervenants non socialistes n’ont pas hésité à parler du PS, car dans ce front unitaire, c’est le parti qui a manifesté le plus de réticences, car les paroles des uns et des autres ont parfois pu semer le trouble. Les intervenants socialistes, eux, derrière Razzy Hammadi, ancien Président du MJS et aujourd’hui Secrétaire National du PS aux services publics, ont stigmatisé le rôle mortifère joué par les agences de notation, telles que l’Agence Fitch, qui, comme l’a fait remarquer justement le camarade Razzy, possède à une lettre près « un nom de brioche ». Ces agences de notation n’ont aucune légitimité démocratique, alors qu’elles décident de l’avenir économique des États. Nos camarades socialistes ont été à la hauteur de l’enjeu. Mais, plus généralement, si le PS veut retrouver ce rôle de premier plan dans la transformation sociale (et dans la protection des transformations préalables que la Gauche a conquis par le passé.), il lui faut renouer des liens avec la composante associative et syndicale, qui seule lui permettra de rester en contact avec le terrain et de ne pas perdre de vue ses véritables objectifs, qui sont avant tout la défense du monde du travail face aux oisifs qui accaparent les fruits du travail effectué par notre camp.

A ce titre, l’intervention de Gérard Filoche, inspecteur du Travail et membre du Bureau National du PS, fut à la fois la plus symbolique, mais aussi la plus réussie et la plus efficace. Elle a bien montré que quand on prend des exemples concrets issus des souffrances quotidiennes que le travail à marche forcée entraîne, alors la nécessité de battre politiquement l’adversaire de droite, en l’occurrence Nicolas Sarkozy, devient beaucoup plus nette parce que la prise de conscience s’opère dans l’opinion. Le PS ne doit pas oublier sa base, et ceux pour qui il se bat ! C’est pourquoi plus les camarades syndicalistes seront pris en compte par le Parti Socialiste, plus le Parti apparaitra proche des électeurs et de leurs préoccupations. Et cela doit être la voie que nous devons suivre pour 2012 : celle d’un PS ancré dans les mouvements sociaux !

Publicités

3 Responses to Meeting unitaire du jeudi 10 Juin à Lyon « Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites »

  1. MANDIER says:

    Beau texte !

  2. Delaitre says:

    Peut on connaître le nb d’annuités de cotisations que le PS retient pour une retraie à 60 ans à taux plein ?

  3. roux says:

    PS ancré dans les mouvements sociaux !

    c’est mon voeux !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :