Contre-réforme des retraites: Verdict le 15 Juin

Par Johann CESA (BN MJS)

On y est, les salariés sont fixés: le 15 Juin, Eric Woerth rendra sa copie sur le dossier des retraites. C’est Sarko en personne qui fixera les derniers ajustements, le ministre n’étant là que pour inventorier toutes les mesures. Ce n’est pas un scoop, mais on sait d’avance que l’âge de départ en retraite ne sera plus de 60 ans. Le Medef peut être satisfait, c’est sa revendication centrale depuis les ordonnances de Mars 1982 qui ont fixé à 60 ans le droit de partir en retraite et 65 ans comme âge butoir. Qu’adviendra-t-il alors de l’âge à 65 ans qui permet aux carrières incomplètes de toucher au final une retraite à taux plein? Que vont devenir le paiement des retraites complémentaires entre ce nouvel âge de départ à la retraite et 65 ans ? Est-ce qu’un nouvel entrant de 25 ans sur le marché du travail sera obligé de travailler jusqu’à 67 ans ? A toutes ces questions, le gouvernement ne répond que par la régression.

Travailler après 60 ans, c’est  mettre en péril la santé des salariés

Près de 9 salariés du secteur privé sur 10 (étude de la Dress) souhaite prendre leur retraite avant ou précisément à 60 ans. C’est un fait, les salariés tiennent à cet acquis social conquis dans la souffrance et les larmes. L’espérance de vie en bonne santé n’est que de 63 ans pour les hommes de 64 ans pour les femmes et d’à peine 59 ans pour les ouvriers.  Les maladies liées au travail augmentent considérablement dès que l’on franchit les 55 ans. Travailler plus pour souffrir plus ! Voilà ce que nous promet Sarko, prenons le bâton et donnons lui une bonne fessée! Mitterrand souhaitait ajouter de la vie aux années, Sarko lui nous laisse au turbin et met sur le carreau des milliers de jeunes qui souhaite rentrer sur le marché du travail. 14 millions de retraités ont bénéficié depuis 1982 de la retraite à 60 ans. Voyez un peu comme ils sont soulagés de quitter leur travail pour goûter aux joies de la retraite. Profiter de la vie, voir ses petits-enfants, partir, voyager, souffler… Les études médicales démontrent que les néo-retraités ont net regain de forme. Continuons à le dire, martelons-le: Entre 60 et 65 ans ce sont les pires années au travail et les meilleures années à la retraite!

Les retraites complémentaires entre 60 et 65 ans

L’âge légal pour les retraites complémentaires est resté (sous les coups de boutoirs du CNPF) à 65 ans. Pour financer les retraites complémentaires entre 60 et 65 ans, en 1983, l’État à charger l’UNEDIC de collecter ces cotisations spécifiques. Le 10 février 2001, l’Association pour la gestion de la structure financière (ASF,créée en 1983) est remplacée par l’Association pour la gestion du fonds de financement (AGFF) qui collecte les cotisations spécifiques des régimes complémentaires. Cet accord conclut jusqu’en 2010 permet à l’Arrco et l’Agirc de collecter directement ces cotisations. En effet, le Medef (et auparavant le CNPF) a toujours bloqué les financements des retraites complémentaires entre 60 et 65 ans. Il y a quelques mois, il a une nouvelle fois montré ses gros bras! Mais à la fin de l’année, lorsque les propositions du gouvernement passeront au Parlement, qu’adviendra-t-il du financement des retraites complémentaires entre le nouvel âge légal et 65 ans? Il est fort à parier que le Gouvernement satisfera une nouvelle fois les revendications du Medef pour donner en échange quelques miettes aux salariés.

60 ans est un repère collectif pour les salariés

Comme le sont les 35 heures (durée légale), 48 heures (durée maximale), le SMIC,  et les 5 semaines de congés payés, la retraite à 60 ans est un repère d’ordre public social. C’est sur ces repères que les luttes collectives s’engagent et débouchent parfois sur des conquêtes sociales.  Que se passera-t-il si c’est la retraite à la carte pour tous? La Droite et le Medef veulent casser ses repères collectifs pour casser les grèves et les manifestations.

Nous devons continuer à défendre la retraite à taux plein à 60 ans ! Non par dogmatisme mais parce que c’est la revendication intime de tout le salariat.

Publicités

2 Responses to Contre-réforme des retraites: Verdict le 15 Juin

  1. ulmann Serge says:

    Lorsque l’on voit qu’il y a plus de monde pour manifester sa joie pour le ballon rond que pour defendre les retraites, il y a de quoi s’inquiéter. Quand les salariés comprendront-ils qu’ils ne faut plus faire les moutons, mais défendre leurs acquis sociaux. Parole d’un retraité de 69 ans qui a perdu en 8 ans 20 pour cent de son pouvoir d’achat. Bravo la bande d’UMP et de Sarkosystes.

  2. julien Guerin says:

    Tu as raison camarade le foot est parfois l’opium des peuples des temps modernes.
    Mais la combativité des salariés peut monter et la situation sociale se retourner contre la droite (comme lors du combat contre le CPE en 2006!) et pour notre camp.
    C’est vrai que c’est dur mais nous devons être partout en pointe pour mobilier les nôtres!
    courage à toi et comme dit une chanson de la Commune « gare à la revanche, quand tous les pauvres s’y mettront »!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :