Sale temps pour l’éducation !

Par Laurent Johanny (43)

Dans un contexte de crise profonde de l’emploi, l’Etat persiste à annoncer tous les ans un plan social.  Avec les suppressions de 8.700 postes en 2007, 11.200 en 2008, 13.500 en 2009 et les 16.000 prévus en 2010, ce sont donc 49.400 postes supprimés dans l’éducation en quatre ans de mandat Sarkozy (soit plus de 6 % des effectifs !), et 40.000 sont encore programmés d’ici 2012. La fameuse  « bonne gestion de père de famille » expliquant que lorsque les effectifs d’élèves diminuent, il faudrait diminuer le nombre d’enseignants ne tient pas.  En effet, les effectifs repartent à la hausse dans le secondaire dès la rentrée 2010 et on sait que d’ici 2015, les effectifs totaux auront retrouvé le niveau de 2003.

Ces données cachent une forte disparité entre le public et le privé : le nombre de postes d’enseignants dans le second degré privé est plus que doublé en 2010 alors que dans le même temps, ce même nombre dans le public diminue de 1,8% par rapport à 2009. Cette situation est représentative de l’évolution des effectifs d’enseignants : depuis l’an 2000, on constate que le nombre d’enseignants dans le secondaire privé a fortement augmenté (+ 2, 7%) alors qu’il a fortement diminué (-1,2%) dans le public. On savait déjà que la laïcité ne signifie pas grand’chose pour l’U.M.P., ce constat accablant ne fait que confirmer à quel point ce gouvernement cherche à déshabiller le public pour conforter le privé.

Rappelons que c’est l’application de la règle absurde, démagogique et purement comptable du non remplacement de la moitié des 68.500 départs à la retraite estimés l’année prochaine pour toute la fonction publique d’État qui explique les 33.749 postes de fonctionnaires supprimés en 2010 après les 22.900 suppressions en 2008, 30.529 en 2009.

Ces coupes sombres sont accompagnées de contre-réformes visant à appliquer au public la politique de management du privé : paie au « mérite » (au zèle ?), individualisation des parcours avec entretien annuel,…  Ainsi, dès la rentrée prochaine, les nouveaux professeurs « stagiaires » du secondaire seront directement « lâchés »  sur le terrain avec 18H de cours hebdomadaires. Un simple « compagnonnage » pourrait donc, d’après le ministre, remplacer des heures de formation pédagogique et de concertation. Contrairement aux annonces du gouvernement, cette contre-réforme n’a qu’un seul but : économiser au détriment de la formation des enseignants (15 400 postes cette année 2010 au seul titre de la suppression des stagiaires).

Les attaques arrivant de toutes parts, un profond malaise naît chez les enseignants. Pourtant, des luttes prennent de l’ampleur avec des grèves et des manifestations : de nombreux établissements (enseignants et élèves) à Nîmes le 10 février, dans l’académie de Créteil, notamment des lycées professionnels ou polyvalents en première ligne face aux difficultés scolaires, ce jeudi 11 février à Paris pour protester contre une politique qui ne fait qu’aggraver la situation. Il a malheureusement fallu qu’un évènement grave au lycée Chérioux de Vitry-sur-Seine survienne pour que les médias relaient la dégradation générale et insupportable des conditions de travail et d’étude engendrée par une politique budgétaire et éducative dogmatique.

Les établissements scolaires ne sont pas des îlots étanches à l’accroissement des inégalités, aux conditions de vie précaires et à l’individualisme ambiant. L’Ecole n’est que le reflet d’une société minée par la violence sociale. Le ministre de l’éducation, ne répond qu’avec des propositions purement sécuritaires, renforçant encore un peu la stigmatisation des établissements « sensibles » sans comprendre que les barrières, les matraques, les caméras ne remplacent pas les relations humaines.

Pour l’éducation comme pour les autres sujets, l’essentiel est de ramener l’Homme au centre du débat : la République doit reprendre la main, car « chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne (V. Hugo) ».

Publicités

One Response to Sale temps pour l’éducation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :