Précarité des fonctionnaires : pour 3 postes, t’as plus rien !

Par Johann Cesa (BN, 42)

Lundi dernier, Nicolas Sarkozy nous annonçait dans son show télévisé qu’il se disait  « prêt à envisager la titularisation progressive des contractuels ». L’ensemble des organisations syndicales de fonctionnaires ont bien sûr applaudi des deux mains et se sont déclarées immédiatement  disponibles pour de futures négociations, afin que le Président passe aux actes. La CGT a également publié un communiqué de presse pour demander l’abrogation de la loi dite « de mobilité et des parcours professionnels » d’août 2009 qui accroît les possibilités de recours aux non-titulaires et aux précaires et qui ouvre grand les portes aux agences intérimaires. Et aujourd’hui, patatras ! Voilà qu’Eric Woerth, le ministre du budget et de la fonction publique, annonce la sortie d’un décret d’application de cette fameuse loi votée discrètement en pleine période estivale.

Ce décret prévoit que tout « fonctionnaire dont l’emploi est supprimé dans le cadre d’un projet de réorganisation ou d’évolution de l’activité de service » sera placé en période de « réorientation professionnelle ». Il bénéficiera de formations et d’un accompagnement pour constituer « un projet personnel d’évolution ». Si l’intéressé refuse trois offres d’emploi, il sera alors placé d’office en disponibilité « pour une durée indéterminé » et sans salaire. S’il refuse encore trois postes permettant sa réintégration, le fonctionnaire sera alors licencié. Interrogé sur France Info, le ministre nous livrait sa subtile argumentation : « si au bout du troisième poste proposé […], il refuse, alors il peut être mis en disponibilité, ce qui est bien normal. […] Si la personne refuse, c’est qu’au fond elle n’a plus envie de travailler dans l’administration »… On a donc d’un coté notre SuperSarko qui veut titulariser petit à petit les fonctionnaires et de l’autre coté le liquidateur de la fonction publique qui souhaite purement et simplement licencier les fonctionnaires. Le statut ne protège plus ! Les fonctionnaires vont devenir des précaires ! C’est le monde à l’envers !

Seront-ils obligés d’accepter une affectation à des centaines de kilomètres, loin de leur famille ? Seront-ils contraints d’accepter un poste complètement différent du leur ? Rien n’est dit dans ce décret. Et c’est bien ce que reproche la plupart des organisations syndicales de fonctionnaires regroupées pour le coup en intersyndicale. Elle demande le retrait immédiat de ce texte et une concertation avec le gouvernement sur l’application de cette loi, car, encore une fois, le dialogue social est bafoué. Vincent Bloué le secrétaire national de l’Union des fonctionnaires CGT dénonce surtout les trois postes proposés lors de la phase dite de « réorientation » qui ne seront pas forcément dans la même région ou ne correspondront pas au métier initial du fonctionnaire. Le « dialogue » social montre une nouvelle fois sa vacuité. Seule la lutte paie contre le pouvoir du tiroir-caisse ultralibéral !  Les organisations syndicales doivent le comprendre et commencer à organiser le « tous ensemble » de la fonction publique. Profs, instits, infirmières, agents administratifs, précaires, contractuels : tous au même endroit à la même heure pour refuser la casse des statuts !

Le démantèlement du service public est donc toujours en marche : chaque année, non contente de supprimer des dizaines de milliers de postes, la droite précarise le statut de fonctionnaire. Ces coupes sombres découlent de la révision générale des politiques publiques (RGPP). Mais quoi de plus normal, me direz vous, quand, en Sarkozie, la fonction publique et le budget sont sous l’égide d’un seul et même ministre !

Publicités

3 Responses to Précarité des fonctionnaires : pour 3 postes, t’as plus rien !

  1. blond says:

    c’est la derniere nouvelle et pas la moindre ,la double peine pour les fonctionnaires qui en plus d’être prives de poste n’auront même pas droit aux allocations chomages
    En plus de liberticide ce regime devient abjecte ,même pompidou anti fonction publique n’avait pas procede de la sorte

  2. FIASSON says:

    <les personnes ayant choisi de travailler dans la fonction publique l'ont fait avec les avantages mais aussi les inconvénients. L'avantage c'était la garantie de l'emploi. Si elle se perd, quel intéret et quelle motivation auront ces agents dans leur travail. Il n'est pas toujours facile d'être à la disposition du public. Si en plus la précarité de l'emploi si ajoute, c'est une façon de détruire la fonction publique qui je pense, est un des fleurons de l'organisation du travail en France. Mais n'est-ce pas la volonté de briser les forces syndicales qui sont importantes dans ce secteur salarié

  3. LIBAROS says:

    Je suis retraité et pourtant je soutient le départ à la retraite à 60 ans. Place aux jeunes nous leur laissons une planète poluée et en plus des perspectives de chômage.
    Que Sarko veuille détruire la fonction publique ce n’est pas une surprise il l’avait annoncé.
    Mais je ne savais pas qu’avec la fonction de Président il cumulait celle de faussoyeur !
    La laïcité, les fonctionnaires c’est Attttttttila que nous avons mis au pouvoir sa politique c’est la terre brulée et en plus il le fera retomber sur d’autres ; faux-cul Premier !!!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :