Le nucléaire : un cadeau empoisonné pour les générations à venir

Par Tunjaï CILGI, AF du MJS 64

L'énergie miracle ? Vous êtes sûr ?On a longtemps cru que l’énergie nucléaire était l’ « énergie du futur », la solution adéquate contre le réchauffement de la planète. Certes, la production d’électricité par l’énergie nucléaire n’émet pas de gaz carbonique. Mais elle génère des déchets hautement dangereux pour l’existence humaine et l’environnement, notamment à cause de leurs radioactivités.

La France produit aujourd’hui plus de 80 % d’électricité d’origine nucléaire grâce à 57 réacteurs repartis dans 17 centrales. Elle retraite aussi des combustibles usés sortis des réacteurs. Cela réduit fortement le volume des déchets les plus radioactifs mais en multiplie les espèces.

La France a fait le choix historique du tout nucléaire. Cependant, le procédé n’est pas rentable et notre pays se retrouve, en sus du plutonium et des déchets concentrés issus du retraitement, avec des combustibles usés tout aussi radioactifs. En outre, la France développe le MOX, un mélange de plutonium et d’uranium qui, une fois utilisé en réacteurs, est encore plus radioactif que les autres combustibles nucléaires. Ainsi, nous nous trouvons avec 3 types de déchets dangereux et différents sur les bras, chacun impliquant une solution particulière, dont aucune n’a été réellement trouvée !

On ne peut saisir la dangerosité du nucléaire sans approcher le noyau technique du débat.
La production d’électricité par les réacteurs nucléaire nécessite de l’uranium enrichi en uranium 235. L’utilisation de l’uranium enrichi nécessite elle-même la création d’usines d’enrichissement, sans lesquelles la production d’électricité d’origine nucléaire serait impossible.
Cette vérité de base nous place au cœur du débat sur l’Iran. Tel un pantin, bling bling vante le nucléaire comme l’énergie du futur et en vend à des pays foncièrement instables, tout en leur déniant le droit de construire des usines d’enrichissement pour l’usage civil. Or, qui dit maitrise de l’enrichissement d’uranium pour l’usage civil dit aussi qu’il peut être utilisé à des fins militaires. On vend des centrales, on dénie le droit à des pays d’enrichir de l’uranium chez eux et on se plein de la prolifération nucléaire. Bref, fais ce que je te dis, pas ce que je fais…
Par ailleurs, pour extraire l’uranium, les entreprises du secteur, si proches du pouvoir, n’hésitent pas à piller l’environnement et la biodiversité notamment dans des pays pauvres. On trouve en effet dans ces Edens pour impérialistes à la fois de l’uranium, mais aussi des pouvoirs faibles, soumis aux jougs des pays développés, qui consentent plus facilement à laisser faire et à fermer les yeux sur la dévastation de l’environnement. D’autant plus quand les dessous de table, la corruption, prévarications sont monnaies courantes…
Le capitalisme vit des progrès techniques et technologiques. Le nucléaire en est un parmi tant d’autres. Dire que le nucléaire est une solution contre le réchauffement climatique et la dégradation de la biosphère est un mensonge osé car, actuellement, le retraitement des déchets est une problématique d’une actualité brûlante pour l’ensemble des pays qui font fonctionner des centrales nucléaires. La seule solution qu’ils aient trouvés, c’est l’enterrement des déchets pour qu’ils disparaissent de notre vue. Cependant, aucune étude sérieuse ne prouve que l’enterrement des déchets radioactifs ne soit en aucun cas un danger pour les humains et l’environnement, à court ou long terme.
Et pour cause ! A Cherbourg, un juge d’instruction a mis en examen en tant que personne morale la société COGEMA qui retraite les déchets nucléaires. Une plainte avait été déposée à l’automne 1997 par le conseiller régional Vert Didier Angers pour mise en danger d’autrui. En effet, le système ne respecte pas la loi de 1991, obligeant tout combustible nucléaire étranger retraité à la Hague à être réexpédié dans son pays, et non pas stocké sur site, comme c’est encore le cas aujourd’hui.

La durée de vie d’une centrale est estimée entre 30 à 40 ans, si elle bien entretenue. Autant dire qu’elle ne bénéficie directement qu’à une génération. De plus, avec la privatisation d’EDF, obnubilée par les profits au point de négliger l’entretien des centrales, des dysfonctionnements se multiplient : Tracassin et Flamanville en sont des exemples tangibles. Par ailleurs, il faut savoir que la radioactivité des déchets s’étale sur plus de 300 ans, selon les études les plus récentes. Ce qui constitue un danger non pas pour une seule génération, mais pour plusieurs. Rappelons que, dans le cas de la centrale de Tchernobyl, les stigmates de la catastrophe sont encore visibles actuellement et les rapports de l’ONU à ce sujet sont mis au placard pour ne pas remettre en cause la prospérité des capitalistes qui vendent leurs centrales nucléaires au monde entier.
L’explosion d’une centrale nucléaire en France pourrait, selon les estimations, faire déplacer des millions de personnes vers des zones soi-disant protégées. Si cela arrivait, cette fois, on ne pourra plus croire que les montagnes ou les frontières arrêteront les nuages radioactifs. D’ailleurs, en 2007, la France a créé un « Comité directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle d’un accident nucléaire ou d’une situation d’urgence radiologique (CODIR-PA) ». L’imminence d’un accident nucléaire se confirme.

Les partisans du nucléaire prennent prétexte de l’augmentation de la consommation électrique, de son faible coût, mais aussi du fait qu’elle serait moins polluante. Pas si vrai que cela, puisque la construction d’une centrale coûte très chère (entre 5 à 12 milliards d’€), tout comme la gestion de déchets. Parallèlement, le développement des énergies renouvelables ne sert que d’alibi écologique à un capitalisme qui n’aspire qu’à une seule chose : à la réalisation immédiate de profits maximum.
Pourtant, on peut quitter le tout nucléaire, car des solutions pertinentes existent.
Pour diminuer la production de gaz à effet de serres, stopper la dégradation de la biosphère et garantir l’existence des générations à venir, il faut une autre répartition des richesses. Car cette sortie du nucléaire impose de remettre en cause les privilèges des impérialistes qui freinent le progrès technologique et s’assoient sur l’efficacité énergétique. Ici, précisément, un trait d’union entre écologie et socialisme existe.
Il faut diminuer nos consommations d’énergie absolue. Il faut changer nos habitudes de consommation, car elles se calquent sur celles de l’oligarchie mondiale qui surconsomme. L’équité exige que, proportionnellement à leurs richesses, les pays développés soient contraints de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, et donc leur consommation énergétique, davantage que les pays en voie de développement. On ne peut quand même pas demander au Kenya de diminuer sa consommation dans les mêmes proportions que les Etats-Unis !

Pour rappel, après la crise pétrolière de 1973, en investissant 15 milliards d’euros dans les économies d’énergie, la France a réussie, depuis 1987, à réduire de 35 millions de tonnes par an ses importations de pétrole. En revanche, les 76 milliards d’euros investis dans le nucléaire ne les ont réduites que de 56 millions de tonnes. L’économie d’énergie est 3 fois plus rentable que l’énergie nucléaire. Il n’y a pas photo dans l’écologie.

Publicités

2 Responses to Le nucléaire : un cadeau empoisonné pour les générations à venir

  1. magnan says:

    Très bon article avec des enseignements qui méritent d’être écoutés…

  2. Tunjaï says:

    Tricastin effectivement une erreur de frappe, une erreur humaine.

    La France utilise de l’uranium enrichi pour produire son électricité d’origine nucléaire. Elle utilise aussi du plutoniuom et du Mox un mélange des deux derniers. Le plutonium émet de la réadioctivité pendant 24000 ans, l’uraninum 238 ans.

    La radioactivité dépend de l’intensité du rayonnement selon un procédé complexe.

    Il existe 4 familles de déchets différents et dont pour aucune n’a été solutionnées.

    Alors stp sois un peu sérieux et cesse de nous dire que nous disons n’importe quoi.

    Bien sûr que nous tenons un discours idéologique parce que ce qui nous imposent le nucléaire et les déchets mortels, pour des générations entières, ne feraient pas cela sur l’autel d’un discours purement idéologique celle du néolibéralisme. Et cela sans que les peuples ne soient consultés avisés alors que leurs vies sont hypothèquées pour des miliers d’années.

    Sous entendre que les déchets perdent de leurs radioactivités sur une très courtes périodes et que ceux-ci ne sont pas dangereux pour la biosphère et l’humain c’est faire preuve de nihilisme total. Par contre là il faut retourner à l’école.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :