Le 7 juin, votez PS, envers et contre tout !

Par Jean-François Claudon (75)

Sarko, Barro, même combat !Sarko ne peut pas être en tête au soir du 7 juin prochain. C’est inconcevable. Depuis une dizaine d’années, la France est engagée bien trop vigoureusement dans un vaste mouvement antilibéral pour plébisciter l’ami des patrons du CAC 40 et des médias ! Certes, il y a eu 2007, mais ce hold-up s’explique. En grand illusionniste, le ministre à temps plein de Chirac avait réussi à se faire passer pour le héraut de la « rupture » et même pour le candidat des petites gens, lui, le multimilionnaire ! Mais, en 2009, c’est trop gros. En 2 ans, Sarko a largement eu le temps de manifester aux yeux de tous sa vraie nature : celui d’un extrêmiste ultra-libéral, atlantiste et clérical…

Une victoire des listes UMP au soir des européennes reviendrait à relégitimer sa politique, pourtant ultra-minoritaire et rejetée massivement par la population. Ce serait nier les mobilisations historiques du 29 janvier et du 19 mars dernier. Sans parler du mouvement victorieux en Guadeloupe. Et, que ça plaise ou non, la seule force politique qui peut devancer les copains de Sarko, ce sont les listes PS. Bien sûr, dans le combat contre la droite, le décompte de TOUTES les voies de gauche sera essentiel. Mais une gauche conquérante ET un PS devant l’UMP sonneraient comme une fin de non-recevoir pour le pouvoir. Ceux qui veulent vraiment chasser Sarko sans attendre 2012, ceux qui refusent de lui donner un blanc-seing de 3 ans pour agir contre les salariés touchés de plein fouet pas la crise du capitalisme, doivent donc tout faire pour placer le PS en tête le 7 juin prochain. Tout militant honnête ne peut pas ne pas arriver à cette conclusion.

A ceux qui nous accuserons de privilégier les enjeux nationaux, nous répondrons qu’ils ont parfaitement raison. Mais regardons la vérité en face : même avec une majorité PSE, « l’Europe sociale » n’est pas pour demain. Tel quel, le parlement européen n’est qu’une chambre d’enregistrement de la commission. Pour avancer vers une Europe sociale qui soit autre chose qu’un beau slogan, il faudra vraiment changer d’Europe. Il faudra un 29 mai à l’échelle européenne ! Ces élections n’en donnent pas l’occasion. En revanche, envoyez un maximum d’eurodéputés socialistes à Strasbourg permettra de freiner la frénésie dérégulatrice de Bruxelles. Ce sera déjà ça.

Le 7 juin, pas d’hésitation. Pas d’abstention Votez à gauche envers et contre tout et placez le PS en tête du scrutin ! C’est le seul gage de notre victoire future contre la droite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :