Tous ensemble contre la « normalisation » de l’éducation !

Par Jean-François Claudon

Pécresse, serre les...Nous vivons une époque formidable ! Alors que Sarko affirme qu’on ne peut rien faire contre le chômage et a confirmé, depuis le 29 janvier, le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, Fillon, pour désamorcer la contestation qui enfle dans l’université, a annoncé hier qu’il n’y aura pas de suppression de poste dans l’enseignement supérieur en 2010 et en 2011… Drôle de solidarité gouvernementale ! S’attaquer au principe n° 1 de la fameuse « rupture » sarkoziste, c’est quand même osé, surtout quand cette fronde émane du « premier collaborateur » de notre omniprésident. Le « boss » se laisserait-il marcher sur les pieds ?

En réalité, il faut aller un peu plus loin. Fillon -sûrement en accord avec l’Elysée- tente un coup de bluff, en espérant que cette entorse à la « rupture » ne donnera pas trop d’idée aux autres secteurs de la fonction publique. Imaginez si les profs du secondaire, les administratifs ou encore les personnels hospitaliers avaient la mauvaise idée d’exiger la même faveur que les universitaires ! C’en serait alors définitivement fini du sarkozisme triomphant, qui est déjà depuis un an l’ombre de lui-même. A l’Offensive Socialiste, ça fait des mois qu’on le dit : un destin à la Chirac guette Sarko depuis la défaite des municipales au printemps 2008 et la remontée du mouvement social. Tout comme « super menteur » et ses amis ont été arrêtés dans leur frénésie libérale par la contestation populaire en 1986 (loi Devaquet), 1995 et 2003-2006, Sarko risque gros s’il impose l’épreuve de force qu’il a jusque-là refusée. Ce premier recul en présage de nombreux autres, si le mouvement se généralise à toute la fonction publique. Il faut donc continuer à se mobiliser. Puisque c’est Fillon qui nous le dit !

 

Le recul sur le maintien des postes dans l’enseignement supérieur est stratégique. Comme lors du mouvement contre la loi Pécresse, le gouvernement espère bien s’appuyer sur les présidents d’université. Car si la CPU est divisée à propos du décret Pécresse sur les enseignants-chercheurs, elle est pratiquement unanime quant à la mise en oeuvre la LRU. Or, le mouvement qui touche l’université remet de plus en plus clairement en cause cette loi préparant la privatisation de l’université. Voilà ce qui tracasse les présidents d’université au-delà de leur appréciation personnelle du décret Pécresse. D’après Le Monde, Jean-Charles Pomerol, le président de l’Université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC), se disait, mercredi, « sérieusement inquiet ». « C‘est la LRU qui est menacée », à ses propres dires… Il est plus que probable que, pour sauver les pouvoirs de petits chefs qui leur ont été conférés par la LRU, une partie non négligeable des présidents d’université sera prêt à transiger avec le gouvernement. Le renforcement de la mobilisation étudiante va pousser la CPU dans les bras du gouvernement. Il faut en tout cas s’y attendre !

Si Fillon et l’Elysée somment depuis maintenant quelques semaines la ministre de l’enseignement supérieur de revoir totalement sa copie, ce n’est pas par hasard. Il ne s’agit pas de satisfaire les revendications légitimes du mouvement universitaire, mais bien de reculer pour mieux sauter. Fillon l’a rappelé hier : le nouveau projet aura toujours pour objectif de moduler les temps d’enseignement et de recherche des enseignants-chercheurs, d’évaluer leur travail et de confier une partie des promotions aux présidents d’université. Le cadre de la réforme ne change pas. Aux étudiants, aux doctorants et aux personnels en lutte de les forcer à revoir leur position ! Pour totalement unifier le mouvement, il faut dès à présent inscrire dans toutes les plateformes revendicatives l’abrogation de la LRU. S’ils ne satisfont pas à cette exigence démocratique de base, les universitaires risquent de finir bien isolés dans la quartier latin…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :