Fait divers dramatique chez Numéricable

l'heroique salarié de NumericableDrame du quotidien dans la France de Sarkozy : le 16 février dernier, le patron de la société Numéricable, alors qu’il tentait de fuir en voiture ses salariés en grève, a blessé grièvement un des grévistes qui cherchait à l’empêcher de se faire la malle. A cet acte inqualifiable et barbare, le patron a cru bon de rajouter le délit de fuite, puisque sa voiture a continué sa route après la collision…

 

 

 

On pourrait palabrer des heures sur ses patrons voyous, fanatiques de la rupture sarkoziste, qui aimeraient tant faire de leurs boîtes des jungles libérales dans lesquelles se généralise l’individualisation des rapports sociaux et prime la loi du plus fort. Nous préférons insister sur deux points, car cette sordide affaire est symptomatique de l’évolution actuelle du rapport de classe.

1) Les rapports sociaux se dégradent à vitesse grand V dans de nombreuses entreprises où la direction cherche par tous les moyens à licencier sans recourir à des plans sociaux qui coûteraient trop cher aux yeux des actionnaires. Des « enquêteurs » sont chargés de la sale besogne : ils traquent le moindre faux pas des salariés afin de provoquer la rupture du contrat de travail pour faute. Se faire virer pour l’envoi d’un mail perso sur son lieu de travail, ça devient possible dans la France de Sarkozy ! Cette chasse aux salariés, aggravée par la crise économique, fait des entreprises privées -et surtout des petites boîtes- de véritables poudrières sociales. Les patrons jouent avec le feu, car, dans le but avoué de maintenir des taux de profit élevés, ils attisent l’embrasement social et préparer la grève générale…

2) La combativité ouvrière est à un niveau rarement atteint dans notre pays. Cela fait des semaines que les grèves se multiplient sur le territoire, deviennent plus dures -avec de nombreuses occupations d’usines- et sont de plus en plus souvent victorieuses. Ce qui est vrai à une échelle de masse, dans les Antilles, devient progressivement une réalité palpable en métropole. Les gauchistes de tout poil, qui se plaignent depuis des décennies de « l’embourgeoisement » des travailleurs et attendent désespérément l’éveil de « nouvelles avant-gardes », vont voir ce qui se passe quand le salariat se lève dans le cadre d’un mouvement d’ensemble ! Quand il est uni, notre camp peut renverser des montagnes. C’est bien ce qui fait trembler la petite colline que constitue le pouvoir sarkozien…

Suit le récit de la grève des vendeurs de Numéricable et de l’odieux accident qui a gravement blessé Patrick Berol. Lui et ses camarades en lutte ont bien sûr tout notre soutien.

Champs Sur Marne (Ile de France), le 16 février 2009.


Cet après-midi vers 16h45, le numéro 1 de la société Numéricable, tentant de fuir ses responsabilités face à un conflit social majeur, a provoqué un accident grave à l’encontre d’un gréviste, dont la jambe a été écrasée. Il a ensuite pris la fuite avec le chauffeur du véhicule directement responsable de l’accident.


Depuis un mois et demi, les vendeurs à domicile de Numéricable, en grève, dénonçaient la violation de leurs droits sociaux par une direction fermée au dialogue et qui s’efforce de les licencier les uns après les autres sans déclarer un plan social qui leur ouvriraient des droits.

C’est seulement suite à l’occupation du siège par les grévistes, jeudi et vendredi, que des négociations s’ouvraient enfin avec la direction, achevée cependant par une nouvelle rupture vendredi soir.


Ce lundi matin, après une nouvelle tentative de la direction de mettre fin à l’occupation du siège par la mobilisation de nombreux vigiles, la promesse d’une rencontre avec M. Pierre Danon, président directeur général de Numéricable, était donnée. Seulement, au lieu d’une rencontre et après qu’un leurre grossier ait été éventé, c’est un PDG dissimulé sur la banquette arrière d’un véhicule banalisé, et tentant de quitter le siège, que les grévistes remarquent, et tentent d’interpeller. Accélérant à une vitesse élevée sur le parking de l’entreprise, le véhicule conduit par le collaborateur de M. Danon heurte Patrick Berol, lui écrasant la jambe et lui infligeant une fracture ouverte du tibia péroné.
La police et les premiers secours arrivent rapidement sur les lieux, tandis que les autres membres de la direction de Numéricable (notamment M. Gérolami, numéro 2, et Mme Luciani, Directrice des Ressources Humaines) font fermer les volets pour empêcher leurs salariés de continuer de regarder l’accidenté hurlant. Aucun d’eux ne se présentera au secours du malheureux.


Le véhicule est ensuite recherché par la police et M. Danon retrouvé. Il est finalement auditionné un peu plus tard dans la soirée par la police nationale. Deux plaintes seront déposées pour tentative d’homicide involontaire et délit de fuite.


DEMAIN, les grévistes rencontrent Mme Le Maire de Champs sur Marne, Maud Tallet, et organisent un point presse devant la mairie de Champs Sur Marne, à 10h00. Ils ont besoin de votre soutien pour continuer l’occupation. Si vous êtes disponibles, appelez les contacts ci-dessous.

Contacts :
– Xavier Renou, témoin des faits. 06 64 18 34 21. (des images -photos et vidéos- sont disponibles auprès de moi et bientôt sur http://www.desobeir.net)

– Mohammed Diallo, gréviste, témoin des faits, 06 21 94 53 68.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :