à bas la répression en Guadeloupe ! Vive la grève générale !

violences policières

 Alors que les journaux de 13 h expliquent à l’unisson à qui veut l’entendre que le camarade guadeloupéen assassiné cette nuit a été abattu par des jeunes (dans quel but ? armés par qui ?), le « collectif contre l’exploitation » parle, lui, de répression d’Etat contre les syndicalistes et la jeunesse. La droite tente une nouvelle fois de diviser le mouvement en opposant sales jeunes et grévistes, pillards et « honnêtes » syndicalistes. Cela ne prendra pas. Qui a intérêt à la violence ? Qui veut en finir ? Qui prend prétexte de ce forfait pour arrêter les « meneurs » ? L’Etat de Sarkozy et lui seul ! Le collectif contre l’exploitation, lui, jouit d’un véritable soutien populaire et peut se targuer d’être responsable. Il s’adresse une nouvelle fois à tous les militants de gauche, aux démocrates et, plus généralement, à tous ceux que répugne la violence policière.

LIYANNAJ KONT PWOFITASYON

                                                                                                       Appel au mouvement ouvrier et démocratique international

         Chers camarades, Chers amis,

Comme nous le disions dans notre denier appel du 6 février 09 : « Le patronat et le représentant de l’Etat français jouent le pourrissement du mouvement pour ensuite réprimer » Ce qui était prévisible est arrivé. Devant l’entêtement et le mépris de ces derniers le collectif Liannaj Kont Pwofitation, LKP, a appelé, au 28ème jour de grève, au renforcement les piquets de grève sur le terrain et l’Etat français a réprimé blessant grièvement un dirigeant syndical, d’autres moins grièvement et a procéder à l’arrestation de plus de 70 manifestants dont des responsables syndicaux de LKP.

La population, les travailleurs, les jeunes n’acceptent pas.

Certains élus ont protesté contre cette violence dénoncée par LKP. Les travailleurs, les jeunes, le peuple de Guadeloupe renforcent la mobilisation sur le terrain. Ainsi toutes les personnes arrêtées ont été libérées.

Ainsi, aujourd’hui au 29ème jour de grève générale, la Guadeloupe est paralysée par des barrages quasiment dans toutes les communes. Des jeunes ont été arrêtés dans la nuit du 16 au 17 février. Cette répression va se poursuivre car l’Etat français a fait venir en renfort plus d’un millier de gendarmes mobiles pour cela et la mobilisation se renforce à l’appel de LKP.

Chers camarades, chers amis,

Au nom de la solidarité ouvrière internationale, au nom de la démocratie nous faisons à nouveau appel à votre soutien.

Les travailleurs de Guadeloupe ont le droit de se battre pour leurs légitimes revendications.

 

ADIM – AFOC – AGPIHM – AKIYO – AN BOUT’AY – ANG – ANKA – ASSE – ASS.AGRICULTEURS DU NORD BASSE-TERRE – ASS.LIBERTE EGALITE JUSTICE – CFTC – CGTG – CNL – COMBAT OUVRIER – COMITE DE L’EAU – CONVENTION POUR UNE GUADELOUPE NOUVELLE – COPAGUA – CSFG – CTU – ESPERANCE ENVIRONNEMENT – FAEN SNCL – FO – FSU – GIE SBT – KAMODJAKA – KAP Gwadloup – LES VERTS – MADICE – MAS KA KLE – MOUVMAN NONM – PCG – SGEP/SNEC/CFTC – SOS B/Terre ENVIRONNEMENT – SPEG – SUD PTT GWA – SUNICAG – SYMPA CFDT – TRAVAYE é PEYIZAN – UDCLCV – UIR CFDT – UNSA – UGTG – UPG – UPLG – UMPG – VOukoum-SNUIPP-ADEIC

Guadeloupe le 17 février 2009

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :