Edito d’Unité n°14 Août 2008

Par Tunjaï Cilgi, Animateur Fédéral du MJS des Pyrénnées Atlantiques (64)

De La Rochelle à Reims, appel à l’unité de la gauche sur un programme de gauche !

Que vivons nous

sous cette présidence ? Une offensive sans précédent depuis Vichy sur les libertés individuelles et collectives, les acquis sociaux et le droit du travail. Nous avons affaire à une droite de combat, déterminée, profondément réactionnaire et libérale.

Le problème du pouvoir d’achat a un autre nom : l’extension de la pauvreté. Cette situation impose une réaction à la hauteur des enjeux. L’engagement de l’ensemble de la gauche, et en premier lieu celui de son parti majoritaire, le Parti Socialiste, pour apporter un débouché politique qui ouvre la voie à des réponses sociales concrètes aux attentes des salariés.

Etre dans l’opposition ne doit pas se limiter à commenter l’action du gouvernement. Nous devons le combattre, faire preuve d’autant de détermination que lui. Sarkozy s’essuie les pieds sur la Laïque ? Faisons entendre notre voix de libres penseurs contre les vociférateurs obscurantistes qui tentent de saper le vivre ensemble républicain. Le gouvernement détricote toutes les lois qui protègent les salariés ? Réafirmons la primauté du travail, qui crée la richesse, sur le capital, qui la capte. Le gouvernement fait la chasse aux immigrés et ferme les frontières ? Défendons la liberté de circulation et d’installation, la mondialisation au service des hommes, condition sine qua non de la construction d’un monde ouvert, solidaire, où l’internationalisme ne soit pas un voeu pieux. Sarkozy accentue le caractère bonapartiste de la cinquième république ? Rappelons que la gauche est démocrate, pour la séparation et l’équilibre des pouvoirs.

A l’heure où le salariat exige une véritable alternative à gauche, et non une simple alternance, où l’exaspération sociale est criante, le peuple de gauche espère autre chose que du vent de la part des dirigeants socialistes. Les électeurs de gauche attendent des solutions cohérentes et concrètes : augmentation des salaires, 1500 € brut pour le Smic, retraite à 60 ans avec 37,5 annuités de cotisation, droit du travail renforcé et amélioré pour mieux protéger les salariés, égalité des droits, démocratie sociale, une Europe démocratique et sociale…

Ne l’oublions pas, les militants socialistes sont plus que des simples encartés appelés à voter sur des textes qu’il n’ont jamais élaborés, ils sont la conscience du salariat, combattent au quotidien pour leurs idées en s’attaquant au réel. Notre mémoire collective est là pour nous le rappeler. N’estce pas nous, militants et sympathisants du Parti Socialiste, animés par la volonté démocratique d’associer l’ensemble de la gauche, qui avons porté et réalisé non sans mal, avec les protestations légitimes des travailleurs et travailleuses, les plus beaux progrès humains, sociaux et politiques qui structurent notre société : les 40, 39 puis 35 heures, les 2, 3, 4 puis 5 semaines de congés payés, l’instauration de la sécurité sociale, de la retraite à 60 ans, du droit du travail, des droits syndicaux, de la parité hommes-femmes, de la CMU… la liste des conquêtes est longue, mais leur existence et leur contenu sont autant d’acquis à défendre, car rien n’est éternel, surtout quand la droite est pendant une période si longue au pouvoir.

Aujourd’hui, notre responsabilité est d’unifier l’ensemble de la gauche, sans exclusive, sans a priori, afin de donner naissance à un programme dont le contenu doit répondre à l’urgence sociale et démocratique. Il appartient au Parti Socialiste de soumettre un programme socialiste à la discussion de toute la gauche pour dire à tous les électeurs : « nous sommes prêts »

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :